« , « diantre ! », « Peste ! Les attaques vont bon train, renforcées par, la gloire, en jouant pour les Grands, pour la Cour, à la demande du Roi qui le pensionne, Vers 1600, c’est le règne des contes, des farces et des fabliaux, genres littéraires hérités du moyen-âge : l’on s’y moque des femmes et de leurs multiples défauts, et des maris trompés. Au XVIIe siècle, se développe un mouvement de contestation : la Préciosité. Le mariage n'est donc qu'un ensemble de contraintes pour l'épouse, une réalité sociale du XVII° siècle : la femme mariée est juridiquement mineure, cette conception est soutenue par l'Église, Après de brèves salutations, des vers 844 à 852, le passage, qui répond à l’interrogation d’Arnolphe, est, Déjà sa volonté d’abréger les salutations révèle, sa joie, son impatience, son désir de savourer le triomphe dont il est certain, Mais, en même temps, Arnolphe est obligé d’être, hypocrite en continuant à feindre d’être l’ami d’Horac, Une étape a donc été franchie : Arnolphe ne se contente plus de recevoir des confidences, il savoure l’effet de son plan. Face à cette découverte, Arnolphe pousse un dernier cri, "Oh! ", et la didascalie précise "ne pouvant parler". Mais Molière s'écarte de la farce par un emploi du comique plus original : il le fait intervenir au moment où la tension dramatique pourrait rendre la situation des personnages pathétique, ou bien quand le conflit s'intensifie. Agnès qui exerce sa domination sur Arnolphe. Le théâtre de Molière. Enfin, un décalage par rapport à la norme sociale, la base même de l’intrigue de la pièce, avec les confidences d'Horace sur ses projets, Le public, complice, rit alors des apartés, Que, lorsqu’on vient d’en rire, on devrait en pleurer. À cette époque, le mariage est une institution qui ne repose pas sur l’amour mais sur la puissance de l’autorité. Peut-être qu’il y a du mal à dire cela, mais enfin je ne puis m’empêcher de le dire, et je voudrais que cela se pût faire, sans qu’il y en eût. L'école Des Femmes is a contemporary clothing brand owned & designed by Laura Sfez. Ce texte dépeint une réalité sociale du XVII° siècle : la femme mariée est juridiquement mineure, dépendante en tout du conjoint, et, à sa mort, de son fils aîné. En quoi consiste l'idéal de "l'honnête homme" ? Cependant la fin de la scène montre déjà un éveil du sentiment amoureux, qu’elle ne sait pas encore définir : «  […] là-dedans remue / Certain je ne sais quoi dont je suis toute émue. Agnès et Arnolphe dans une mise en scène de J. Lassalle à la Comédie française. Vient alors le temps des succès avec, notamment, Les Précieuses ridicules en 1659 et L'École des femmes en 1662. Molière recourt à la technique du « deus ex machina », héritée de la comédie antique. Questionnaire bac-Résumé de l'oeuvre-Analyse de L'Ecole des femmes, Molière, les personnages, les lieux, le temps, la structure et le dénouement-Bac technologique Objet d'étude : Le théâtre Molière, "L'École des femmes" / parcours : Comédie et satire. Elle a vingt ans de moins que lui... on imagine aisément les commérages ! Cela reflète une société où la femme est le jouet de l’homme. L'école des femmes. Et je pense que j’en mourrais de déplaisir. Emmanuel Macron proclame la lutte contre les inégalités entre les hommes et les femmes grande cause nationale du quinquennat. On me dit fort, que tous les jeunes hommes sont des trompeurs, qu’il ne les faut point écouter, et que tout ce que vous me dites n’est que pour m’abuser ; mais je vous assure que je n’ai pu encore me figurer cela de vous, et je suis si touchée de vos paroles, que je ne saurais croire qu’elles soient menteuses. » (v. 1497-1498). Certains choisiront d'accentuer le poids du comique, d'autres, au contraire, suivront le sentiment de Musset qui déclare à propos de Molière, comme le remarque Musset en 1840 dans son poème "Une soirée perdue" : "Cette mâle gaieté, si triste et si profonde, / Que, lorsqu’on vient d’en rire, on devrait en pleurer.". Il doit être complet : le plus souvent, il réunit sur scène tous les personnages, comme dans cette pièce ; il doit être rapide ; enfin,  il doit être nécessaire, c’est-à-dire satisfaire la logique de l'intrigue, mais aussi la morale. Pour provoquer le rire, il dispose d’un double héritage, venu de l’antiquité romaine, elle-même héritière de la comédie grecque. Elles y lisent les romans à la mode, y reçoivent de "beaux esprits", conversent autour de leur sujet favori, l'amour. Or, il suffira d'une phrase de Chrysalde, "C'est Monsieur de la Souche, on vous l'a déjà dit", pour qu'Horace comprenne le machiavélisme d'Arnolphe et sa propre erreur. point. » Mais, en devenant femme, elle a perdu son « innocence », dans le sens étymologique du mot, c’est-à-dire qu’elle a acquis le pouvoir de faire souffrir l’homme, de « faire du mal ». Les jeunes séducteurs deviennent donc des incarnations du "malin" (du diable) et manquer à un "devoir" est un péché, qui sera puni comme tel : une vision de l'Enfer destinée à faire peur à la future épouse (vers 727-728) est alors dépeinte. Molière fait ici un plaidoyer en faveur de la sincérité du cœur, de la vérité des sentiments, que l’on retrouve dans toutes ses pièces de théâtre. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-des-femmes-moliere/, Encyclopædia Universalis - Contact - Mentions légales - Consentement RGPD, Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis. - Acte IV, scène 6 : Il lui confie son projet de rendez-vous secret dans la chambre d'Agnès. » (v. 876), « Comment, d’un grès ? Sur le plan idéologique, Molière dénonce une conception paternaliste de la femme. On peut imaginer le changement de visage d’, Le comique de cette scène vient donc de l'inversion de situation, Certes il évoque toujours Agnès comme « cette jeune beauté » et parle de « sa simplicité », mais on le sent, sincèrement touché par la sincérité d’Agnès, Le public ne peut que se placer dans le camp de, ces deux jeunes amoureux, touchants par leur vérité, Molière profite de cette scène pour se livrer à un éloge de l’amour, l’amour a transformé l’Agnès naïve, un peu sotte même, en une Agnès fine. Ainsi la vérité sur la naissance d'Agnès produit un retournement de situation brutal, un coup de théâtre. Difficilement, en raison de la distanciation, La distanciation est également due aux effets comiques, La tentative du héros pour se hausser à la noblesse tragique, pour recourir au pathétique afin de toucher Agnès, ne sert en fait qu’à le transformer en, Arnolphe, en effet, n’a pas vraiment changé, ce discours n’est qu’une manœuvre de plus pour conserver Agnès. Madame, - Acte V, scène 6 : Horace confie à Arnolphe le projet de son père de le marier, et lui demande son aide. Il en va de même face à Agnès avec le rôle des apartés quand il écoute le récit de la rencontre d'Horace et l'éloge du jeune homme. Déjà sa volonté d’abréger les salutations révèle sa joie, son impatience, son désir de savourer le triomphe dont il est certain. Après le récit naïf de leurs rencontres par Agnès, Arnolphe interdit à la jeune fille de le voir, lui ordonnant de jeter "un grès" par la fenêtre pour le chasser: "Je suis maître, je parle : allez, obéissez." A l’école de l’Amour, Agnès démontre qu’il est dangereux de sous-estimer les jeunes filles. Elle a mesuré son mépris envers elle, et ne se laisse plus humilier. Les questions révèlent la blessure d’Arnolphe, et son ironie est très amère : « Le deviez-vous aimer, impertinente ? Dans ses "placets" au Roi, Molière en appelle à son puissant protecteur, mais il ne renie rien de sa liberté d'auteur, "le devoir de la comédie étant de corriger les hommes en les divertissant. Le terme "mariage" est amplifié par la diérèse (vers 695) et associé à "d'austères devoirs", repris au vers 714 : "Son devoir aussitôt est de baisser les yeux". De plus, il considère que toute comédie doit aussi "instruire" le public. L' Ecole ou les Ecoles5 se situent donc dans la lignée des moralistes du XVIIe siècle. » (v. 1541-1542). De même, Agnès ne reste par longtemps la jeune fille sotte du premier acte : elle devient très vite une femme prête à se battre pour défendre son amour. » prouve qu’elle a très bien compris ce qu’est l’amour véritable, et n’a reconnu rien de tel dans les discours d’Arnolphe. Le 25, au moins douze enfants sont tués par l'explosion d'une bombe devant une école primaire de filles à Luqman Banda, dans la vallée de Swat. C'est notamment le cas des bousculades entre eux, et des coups reçus à l’acte I, scène 2, qui suscitent chez eux une véritable terreur face à leur maître. L'ÉCOLE DES FEMMES COMÉDIE en CINQ ACTES MOLIÈRE 1662 Publié par Gwénola, Ernest et Paul Fièvre, Janvier 2015 - 1 - - 2 - L'ÉCOLE DES FEMMES COMÉDIE en CINQ ACTES Molière 1662 Réprésentée sur le Théâtre du Palais-Royal le 26 décembre 1661 - 3 - À MADAME. En unissant ces deux tendances, Molière parvient ainsi à toucher aussi bien le public populaire, celui du « parterre », que les spectateurs plus raffinés, même si certains se montrent  choqués par des effets comiques jugés de « bas niveau ». Mais derrière cette jalousie, on sent la possessivité d’Arnolphe, son égoïsme profond, et son orgueil blessé, qui le conduisent jusqu’à la menace de violence : « une gourmade », « quelques coups de poing » (v. 1564-1567). Ainsi les couvents se chargent de les rendre les plus innocentes possible. Mais la pièce comporte les principales caractéristiques du comique de mots, à commencer par  le "bon mot" d’Agnès cité à l’acte I, scène 4 par Arnolphe : "si les enfants qu'on fait se faisaient par l'oreille". Classiques. Ce texte met donc en place une inversion des rôles : c’est à présent Agnès qui exerce sa domination sur Arnolphe avec sa maîtrise du langage et une claire conscience de ce qu’elle attend de sa vie future. Sur deux points, cette pièce apportait des nouveautés importantes. Le comique de cette scène vient donc de l'inversion de situation au cours du dialogue. Mise en scène de L'École des femmes par Didier Bezace, 2001. D’un côté, il y a Plaute, qui, après Aristophane,  privilégie les procédés de la farce, jeux cocasses sur les mots, gestes excessifs, jusqu’à la grossièreté parfois. ». Il devient donc, un "surprenant mystère", capable de créer en un être l'instinct d'aimer ce qui, précisément, lui est destiné, Les mariages arrangés vont contre cet instinct naturel, Molière considère donc que la plus grande règle est de, suivre une morale naturelle, celle qui préserve la vérité des cœurs, sans tomber dans l'excès d'une passion obsessionnelle, en respectant la dignité et la liberté d'autrui, La scène 5 de l’acte II confirme cette présentation, Cependant la fin de la scène montre déjà un éveil du sentiment amoureux, un début de résistance, encore très timide, C’est par Horace que nous apprenons d’abord, l’évolution d’Agnès dans les deux actes suivants. Quand Molière fait représenter L'École des Femmes en 1662, les spectateurs sont déroutés, car ils n'avaient jamais vu une pièce de cette forme ! Aussi a-t-il décidé d’épouser sa pupille Agnès, élevée dans l’ignorance. L’école des femmes de Molière. On note aussi le comique de répétition, comme le chapeau ôté de la tête d'Alain trois fois dans cette scène, ou la répétition du rejet d’Horace à la scène 4 de l’acte IV. L'acte V la montre pleinement devenue femme, a acquis le pouvoir de faire souffrir l’homme, Parallèlement, elle a fait évoluer Arnolphe. Difficilement, en raison de la distanciation que Molière prend soin de maintenir. Le triomphe de l'amour : Agnès et Horace réunis. ​, Puis Horace crée un effet d’attente, par le connecteur d’opposition « Mais », et la reprise du verbe : « ce qui m’a surpris », « va vous surprendre » (v. 896).  : […] Le ministre de l'Education, Vincent Peillon, l'avait annoncé : il y aura des cours de morale laïque à l'école.Ce mardi 9 octobre, le président de la République l'a confirmé :"J'ai donné mon plein accord au projet d'enseigner la morale laïque".Une déclaration faite pendant son discours à la Sorbonne le mardi 9 octobre, lors de la remise officielle du rapport issu de la concertation. » (v. 946). Horace a même réussi à enlever la jeune fille. Ainsi il lui reproche son inconduite, un manque de morale : « des rendez-vous la nuit », « vous évader sans bruit », « Suivre un galant n’est pas une action infâme ? Faire rire est donc le moyen de créer un mouvement de bascule, en ramenant le public vers ce qui n'est, après tout, que du théâtre, fiction, illusion... Il enrichit ainsi la comédie, tout en donnant aux metteurs en scène une totale liberté d'interprétation. Le public, complice, rit alors des apartés, par exemple " Ah! Annonce de mesures de lutte contre les violences faites aux femmes. Le mariage est alors tourné en dérision. Innovation littéraire en même temps que virulente et originale critique de la société de ce temps, L'école des femmes a considérablement choqué les tenants de la morale traditionnelle. Les interrogations oratoires à la fin de sa tirade tombent dans un excès tel que ce discours amoureux devient une caricature : « Veux-tu que je m’arrache un côté de cheveux ? - Acte III, scène 4 : Il lui confie la ruse d'Agnès (une lettre avec un naïf aveu d'amour) qui détruit la première "précaution" de celui-ci : l'obliger à renvoyer Horace en lui jetant un « grès ». Cela est renforcé par la modalité exclamative, avec les interjections, telles le « Ah ! Les deux premiers actes ont permis aux spectateurs de découvrir "l'innocence" d'Agnès, soigneusement entretenue par Arnolphe qui a pris cette précaution dans sa peur d'être fait "cocu" par celle qu'il a bien l'intention d'épouser. Dans le mariage vu par Arnolphe, il n'existe aucune confiance entre les époux puisque la femme est, par nature, un être corrompu qui ne pense qu'à "être libertine et prendre du bon temps". Molière se fait ici le défenseur de l'égalité des sexes, conception très moderne, puisqu'elle est encore loin d'être réalisée au XXI° siècle. » au vers 1522), elle reconquiert la dignité que lui refusait Arnolphe, et devient capable de distinguer le juste de l’injuste. L'école des femmes a attiré tous les suffrages du public parisien et a suscité un scandale à l'époque vu le sujet traité (l'éducation morale et religieuse des femmes). » (II, 5) Puis il lui annonce, dans la scène 2 de l’acte III, qu’il est lui-même son futur époux, en la félicitant de son obéissance. Élargissez votre recherche dans Universalis, Le décor et le contexte de L'École des femmes sont à la fois parfaitement conventionnels et radicalement contemporains : « la scène est dans une place de ville », autrement dit dans le lieu carrefour de la comédie, et dans la ville des années 1660, Paris, capitale de la galanterie et dans le même temps dominée par la puissance patrimoniale. Enfin elle formule un reproche implicite : « Et je ne savais pas encore ces choses-là ». ». Pour échapper à ce reproche, Molière prend donc soin d’annoncer ce retour, dès la scène 4 de l'acte I : on y apprend l’arrivée prochaine du père d'Horace accompagné d’un « seigneur Enrique », mais Horace déclarait alors : "La raison ne m'en est pas connue". Musée Carnavalet, Paris. 2  Huile sur toile. ») et l’interjection « Euh! De plus pour l’Église, depuis le péché d’Ève, la femme est un objet de tentation et elle est vouée à la perfidie. » (vers 184-186). Ces rôles lui permettent de, jouer sur les accents, le patois, les fautes de langue, Parfois c’est le contexte qui rend le mot plaisant, comme la comparaison d'Alain, "la femme est justement le potage de l'homme" (II, 3) ou les tautologies : v. 423-425 et 446. (II, 5). Il joue même à le consoler, en feignant d’entrer dans son camp, de lui apporter son soutien : « de vous raccrocher vous trouverez moyen » (v. 887), « Cela vous est facile » (v. 890). C'est le 26 décembre 1662 qu'elle fut représentée la première fois au théâtre du Palais-Royal par la troupe de Monsieur (le frère du roi Louis XIV) dont Molière était le directeur. Dès le début de la scène, elle lui marque une absolue indifférence : « Quel mal cela vous peut-il faire ? L’existence d’un double lieu est mentionné par Arnolphe dans la scène d’exposition, quand il explique à Chrysalde : « [… comme ma demeure /  À  cent sortes de monde est ouverte à toute heure, / Je l’ai mise à l’écart, comme il faut tout prévoir, / En cette autre maison où nul ne me vient voir. Paradoxe que cette gloire éclatante qui se heurte à d'incessants obstacles... comme pour mieux s'affirmer ! »), et jusqu’à une comparaison animale qui fait d’elle l’image du démon : « petit serpent que j’ai réchauffé dans mon sein ». La dernière phrase de Chrysalde, "rendre grâce au Ciel qui fait tout pour le mieux", est une façon d'affirmer que l'amour n'est pas blâmable. La  première porte sur les hiérarchies évoquées (v. 705-708), et est elle-même inférieure à une deuxième gradation : l'énumération des qualités exigées de la femme, avec le renchérissement des "et" (v. 709-711). On peut ensuite imaginer ses réactions de dépit et de colère par la série de questions à la fin de la tirade d’Horace, avec la reprise du même verbe (« n’êtes-vous pas surpris? Cela reflète une société où la femme est le jouet de l’homme. Mais dans l’ensemble les femmes ne se rebellent pas et acceptent de garder le silence : sans éducation, elles n’ont pas d’autre choix. Les femmes et les filles afghanes sont laissées pour compte par le système judiciaire du pays, leur accès à la justice pour les crimes de violence restant précaire, selon un nouveau rapport des Nations Unies publié ce lundi, qui s’inquiète aussi du nombre de femmes se suicidant, s’immolant en raison de la … Synthèse critique: C.Hemmeryck. Il s’ouvre par une formule empruntée à l’auteur tragique Corneille : « l’amour est un grand maître » (v. 900), repris par la comparaison à « des miracles ». Toutes révèlent, en effet, ses combats contre les hypocrites, contre tous ceux qui affectent des manières artificielles. La lecture de la lettre révèle en effet l’habileté de la phrase qui a accompagné le « grès », avec son double sens : « je sais tous vos discours » se comprend, pour Arnolphe, comme « j’ai compris qu’ils étaient mensongers », mais, pour Agnès, cela signifie « je crois », et, bien sûr, « voilà ma réponse » n’est pas « le grès » mais la lettre. À peine a-t-on prononcé ces quelques mots que tout se met en place. Arnolphe tente en vain de le combattre : chaque précaution se retourne contre lui. Quelles conceptions du mariage le discours d'Arnolphe développe-t-il ? Il devient donc un "surprenant mystère", capable de créer en un être l'instinct d'aimer ce qui, précisément, lui est destiné : "Le hasard en ces lieux avait prémédité, / Ce que votre sagesse avait prémédité." […] Lire la suite, du pays dont ils avaient pris le contrôle, à la suite de discussions entre les chefs islamistes et les autorités locales. 3-25 octobre 1989, https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-des-femmes-moliere/, Une subversion religieuse, morale et littéraire, dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis. De plus, la société du XVII° siècle ayant vu les Précieuses revendiquer leur indépendance, il fait un portrait péjoratif de ces "femmes d'aujourd'hui qualifiées de "coquettes vilaines", et de leurs "fredaines", c'est-à-dire leurs aventures amoureuses avec les "jeunes blondins". En même temps le terme qu’il choisit, « vos amourettes », qui diminue la valeur accordée à l’amour, montre le peu de prix qu’il accorde à ce sentiment. Musée des Beaux-Arts de Rouen. Frontispice de L'École des femmes, édition de 1663. » (vers 143-146) Il s’agit là de, la précaution prise par Arnolphe pour isoler Agnès, Ce double lieu, associé au double nom du personnage, est la source du quiproquo sur lequel est fondée l’intrigue, Horace ne connaît le héros que sous son nom d’Arnolphe, l’intrigue, organisée autour de cinq rencontres, chaque "confidence" d'Horace entraîne une "précaution" d'Arnolphe, mais chaque "précaution" se révèle inutile, Dans sa Préface, écrite après les critiques adressées à sa pièce, Molière insiste sur, En unissant ces deux tendances, Molière parvient ainsi à, toucher aussi bien le public populaire, celui du « parterre », que les spectateurs plus raffinés, le comique né des gestes, des mouvements, des mimiques, explicitement signalés dans les didascalies, imaginer les gestes et les mouvements nés du texte, et que l'acteur, guidé par son metteur en scène, va créer librement, On retrouve les personnages comiques chers à Molière : le valet, ici doublé du paysan. Pour le spectateur, c'est, en tout cas, une satisfaction de voir les excès d'Arnolphe ainsi punis, la morale est sauve. Cependant, malgré une surveillance très présente, l’homme n’est pas à l’abri d’une infidélité de sa femme. Et une pièce jugée éclatante, une comédie […] A l’école de l’Amour, Agnès démontre qu’il est dangereux de sous-estimer les jeunes filles. Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et recevez en cadeau un ebook au choix ! C'est ainsi que l'Église éduque ainsi les filles dans les couvents. Tout le discours vise à rabaisser la femme à l'état d'esclave, comme le montrent les négations : "Votre sexe n'est là que..." ; elle est réduite à l'état de "moitié". Mais le spectateur peut-il croire en la sincérité de ce nouvel Arnolphe ? Cette construction de l’imagination comme vertu morale appartient également à la perspective de Gilligan qui, commentant la description des problèmes de l’avortement par une des femmes qu’elle a interrogée, affirme que « pour elle, les possibilités de l’imagination dépassent la capacité de généralisation » … Ici éclate son mépris pour Agnès. ». Ainsi les termes sont choisis pour donner l’impression d’un effet magique, tels les verbes  « surprendre » ou « admirer », plusieurs fois répétés. Arnolphe charge alors ses serviteurs de l’en empêcher. (vers 1766-1767). Mais, à la scène 4, Horace arrive. De plus, alors qu’elle n’était même pas capable d’identifier ce sentiment dans l’acte I, elle ose à présent affirmer son amour pour Horace : « Oui, je l’aime ».