La plantation d'arbres à feuillage caduc au sud des maisons était une pratique constante. Les habitants ont donc été contraints de capter des sources lointaines et d'amener leur flux par des galeries construites au prix d'un travail considérable. Steffen Lipp (introduction de Jean-Paul Clebert), Notice dans un dictionnaire ou une encyclopédie généraliste. Is alo loungarudo passo, Les origines de la chapelle Saint-Hilaire, en dessus de Notre-Dame d'Aubune, restent plus floues. : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article. Le Comtat Venaissin produit à lui seul les deux tiers de la truffe de Vaucluse, premier département producteur[91]. Nombre de dictons font allusion à son « chapeau » ou à son « manteau » pour prévoir le temps dans un avenir plus ou moins proche[a 28]. Un quatrième bas-relief « constituée par un bandeau rectangulaire sur lequel est sculpté un décor représentant, au centre, un disque solaire encadré de deux phallus, tous deux dirigés vers la gauche ; celui de droite au méat visible, est ailé, celui de gauche plus gros, le gland découvert, est soutenu par une bandelette verticale. Ils restent actifs ponctuellement sur les pentes fortes des combes et des ravins[a 13]. Il constitue la frontière linguistique entre le nord et le sud-occitan. Des nuances de terroirs pour des vins d’excellence. Ce n'est qu'en 1996, dans une cavité découverte deux ans plus tôt dans le versant nord, sur la commune de Brantes, et formée d'un puits de 17 mètres de profondeur, que des spéléologues mettent au jour une grande quantité d'ossements fossilisés d'ours bruns. Liée au soleil et aux vacances, la lavande, dont Jean Giono a dit qu'elle est « l'âme de la Haute-Provence », n'est plus actuellement l'« or bleu » du Ventoux, des Baronnies et de la montagne de Lure[a 77]. Grangeon et trois de ses camarades se retirèrent à l'intérieur du massif, changeant chaque jour de lieu et ravitaillés par le seul Julien Brès, de Suzette[80]. Mais l'abbaye subit deux raids sarrasins. Cet édifice roman est bâti suivant le plan traditionnel de la croix latine : « Sa nef, unique, très longue (15,75 m) pour seulement 4,75 m de large (disproportion signe d'archaïsme) aboutit à un transept de 9 m de large pour 4,25 m de longueur et se termine par un sanctuaire en abside semi-circulaire de 4 m de diamètre. Il avait été inhumé dans un cercueil en bois dont il ne restait que cinq clous forgés à tête aplatie de douze centimètres de long. Il l'engage dans la course de côte du mont Ventoux, la plus dure épreuve existant alors. De 1979 à 2010, sa troupe a joué à travers toute la France (170 villes et villages) et a été invitée vingt-sept fois dans dix-neuf pays (Italie, Grèce, Russie, Pologne, Suisse, Portugal, Hongrie, Royaume-Uni, États-Unis, Belgique, Danemark, Slovaquie, Bosnie, Irlande, Maroc, Algérie). Le tableau est actuellement exposé au musée du Louvre[a 87]. Les zones rocheuses, de garrigues et de sous-bois n'ont pas les mêmes populations d'oiseaux. Le festival dure neuf jours. Ses villes ou villages comme ses monuments sauront vous ravir par leur diversité que l'on soit à Avignon, Orange ou aux Baux de Provence. Hormis l'agriculture et l'élevage, l'économie la plus facilement identifiable autour du mont Ventoux est liée au tourisme. Orienté est-ouest, son sommet prend la forme d'une dorsale à double inflexion, sur environ cent mètres de large. Situé à moins de 20 kilomètres à vol d'oiseau au nord-est de Carpentras, il est suffisamment éloigné des autres sommets de la région — le Signal de Lure (1 826 m) se trouvant à plus de 40 kilomètres à l'est — pour paraître plus haut qu'il ne l'est en réalité, ce qui lui vaut le surnom de Géant de Provence. En 1988 et 1989, la ville de Bédoin propose une troisième et quatrième édition, la course se déroulant sur 21,600 km. Son impluvium se compose du Rissas, au sud, de la montagne de Bluye, au nord et au nord-est, et du sommet de la Plate au sud-est[14]. À cause sans doute de sa puissance, presque trop forte, qui confine parfois à la violence, certains d'entre eux prennent des distances, ou même ignorent cet environnement. Inscription celto-grecque du Groseau in situ. À peu près toutes les plumes de renom sont venues le samedi et le dimanche goûter la chaleur de la place et se sont vus offrir une bouteille spéciale Cuvée du Livre, élaborée par les producteurs du vin sablet[139]. La cavité la plus importante est la grotte du Vent (ou Trou Soufflant), sur la face nord, qui atteint une profondeur explorée de 140 mètres et qui est en relation avec la Fontaine de Vaucluse. Pour reconstituer la forêt, et en particulier la cédraie, de nouvelles plantations sont effectuées à partir de 1922. Ils ont été alors estimés à 130 individus. Sa face nord, dont la base est composée de calcaires tendre d'origine néomancienne et le sommet de calcaire urgonien très compact, domine la vallée du Toulourenc de 1 500 mètres. La période du Trias est identifiable par ses argiles rouges dolomiques et ses marnes à gypse. Les Dentelles forment un grand arc montagneux qui s'étend de l'Ouvèze au mont Ventoux. Ses eaux proviennent des écoulements gravitaires du front septentrional du Ventoux et du versant oriental de la montagne de Bluye. Quant à Frédéric Mistral, dans son poème Calendau[47], édité en 1867, il narre les aventures de son héros descendant le long du Rocher du Cire pour aller récolter le miel des ruches sauvages. Près du sommet, sur le versant nord, à 1 788 m, la source de Fontfiole (ou Font-Fiole) coule avec une eau à 4-5 °C[15]. Les spécialités locales, dont le tilleul des Baronnies, les olives et l'huile de Nyons, jouxtent les produits venus du Sud-Ouest, d’Alsace ou de Corse[97]. De plus, les fouilles n'ont jamais permis de découvrir d'importants silos à grains, sauf un seul de faible capacité, sur le chemin d'accès nord[52]. Les relevés qui ont été établis depuis le milieu du XXe siècle à partir de 1 000 mètres d'altitude montrent que sur l'adret la neige au sol persiste 35 jours par an, tandis que pour l'ubac, elle y reste 50 jours[a 24]. Même les galets de l'Ouvèze furent utilisés pour la construction de cabanons que l'on retrouve dans les champs et les vignes. Eugène Barrème, un Aixois, directeur de la Revue Sextienne, en 1878, décide avec un groupe d'amis de se lancer à l'assaut du Ventoux. Tous les indices donnent à penser par ailleurs que ces ours sont tombés naturellement, pour la plupart à la sortie de l'hibernation, dans ces véritables pièges naturels. Elle devance, en France, les sources de la Touvre, en Charente, qui déversent 13 000 l/s et du Lez, au nord de Montpellier, qui atteint 3 500 l/s. La première est la conservation des écosystèmes, des paysages et de la diversité génétique. La dissymétrie entre les versants nord et sud du Ventoux est d'origine sédimentaire. Sa salle, surnommée Fracasse, a été construite en 1986, elle est depuis 2003 au service de l'éducation populaire et des pratiques artistiques. Pour mieux appréhender la montagne, certains s'installent au pied du massif comme René Seyssaud (1867-1952) qui, dès 1899, vit à Villes-sur-Auzon et va faire du Ventoux son thème récurrent jusqu'en 1930[80]. Trois villages des Dentelles Beaumes-de-Venise, Gigondas et Vacqueyras, ont été reconnus par les ministres chargés de l’agriculture et du tourisme pour leur qualité d'accueil. Déjà les agneaux de la race locale « Préalpes du Sud » sont vendus aux foires annuelles de Sault[a 70]. Ses restes ont été identifiés à Entrechaux dans les grottes de la Masque et des Puces, ainsi qu'à Monieux, au bau de l'Aubesier[a 33]. Parti de Sault, à dos de mulet, il rejoint Bédoin par le col des Abeilles, puis arrive au sommet où il fait toute une série d'observations et de mesures barométriques et thermométriques[a 57]. Plusieurs types de rapaces sont présents. Le nombre d'ovins est alors estimé à 30 000 têtes. La moyenne de 100 km/h est dépassée en 1957 par Willy Daetwyler sur Maserati. Se trouvent aussi éblouis par la découverte du massif, Pierre de Champeville (1885-1950), professeur de dessin nommé à Carpentras, qui a laissé de nombreuses aquarelles réalisées au cours de ses excursions, Paul Surtel (1893-1985), qui suit son épouse elle aussi nommée à Carpentras en 1951 et découvre la majesté du Ventoux[80], Gilbert Blanc (1906-1993), qui installe son atelier à Bédoin et peint la montagne en tous temps et en toutes saisons[80] et enfin Pierre Ambrogiani (1907-1985), qui quitte Marseille, en 1955, et s'installe à Aurel pour être au cœur de son nouveau thème pictural[80]. L'alternance de glaciations et de périodes plus chaudes donna au Ventoux son faciès actuel avec le développement de la karstification et la formation des éboulis cryoclastiques de la calotte sommitale[a 11]. Des galeries creusées dans la molasse gréseuse du piémont du Ventoux recueillent par infiltration l'eau des reliefs karstiques. Toutefois ce jaillissement de montagnes, s'il a une incontestable influence sur leur travail, n'en est pas toujours la véritable source. Les Dentelles de Montmirail sont une chaîne de montagnes du massif des Baronnies. Ce site était naturellement défendu par des pentes abruptes au nord, à l'est et au sud, mais plus vulnérable à l'ouest, où le terrain s'incline doucement vers l'intérieur du massif. Le premier entomologiste qui étudie le Ventoux est Jean-Henri Fabre au XIXe siècle. La Tête de l'Émine (81 hectares) présente une flore exceptionnelle abritant de nombreuses espèces d'oiseaux. Jacques Maby, doyen de la faculté de lettres et sciences humaines de l'université d'Avignon a constaté que les Dentelles sont restés à l'écart de la curiosité des hommes de lettres qui, au XIXe siècle, ont mis à la mode le voyage en Italie ou en Provence : « Chateaubriand, Goethe, pas plus que Byron ou Mérimée n'ont pas semble-t-il visité les Dentelles de Montmirail ; Stendhal dit-on aurait séjourné à l'ancienne station thermale de Montmirail mais n'en a pas laissé trace dans ses romans... Faute de découvreur extérieur prestigieux, les Dentelles auraient pu être connues et chantées par un grand artiste régional qui en aurait ainsi fondé la renommée. À tel point que dès la fin du Néolithique, le pastoralisme et son associé traditionnel le feu sont à l'origine du premier déboisement du massif[a 67]. Quand elles se retirèrent, elles laissèrent sur le terrain neuf morts et huit blessés graves[81]. De par la protection climatique que le mont Ventoux lui confère, la partie méridionale du Comtat Venaissin bénéficie d'un micro-climat favorable aux cultures maraichères et fruitières, mais le véritable essor de ces cultures s'est produit dans la seconde moitié du XIXe siècle grâce au développement du réseau d'irrigation à partir des eaux de la Durance et des Sorgues par le canal de Carpentras et à la construction du premier chemin de fer reliant Paris à la Méditerranée, ce qui a valu à la région son surnom de « jardin de la France »[48]. Sa construction a été décidée en 1931 pour desservir la station de ski[a 4]. En 1959, lors de fouilles effectuées à 150 mètres à l'est du rocher du diable, au pied d'un rempart en gros appareil (2,40 de haut × 1,80 m d'épaisseur), près d'une cabane aménagée dans l'épaisseur du mur, un squelette effrité a pu être localisé. Le Capitaine pontifical avait tous pouvoirs pour défendre Avignon et le Comtat Venaissin contre l'hérésie. Les fouilles qui ont permis de retrouver la tombe d'Epyminia, une chrétienne du Ve siècle, suggèrent que la première construction pourrait remonter au VIIe siècle et peut-être même au VIe siècle. Elle laisse place à une phase extensive au cours de laquelle se forment de grands bassins (Carpentras, Malaucène, Vaison) et des fossés d'effondrement (Aurel-Sault et Le Barroux) qui commencent à individualiser le Ventoux. Sur les parties calcaires, l'aridité impose une flore composée d'espèces spécifiques à la région. Ce vignoble passait pour fournir un « vin de requête », c'est-à-dire un vin fort renommé[70]. La D 164, ou route du Ventouret, prend son départ à Sault[a 5]. Les travaux ont été achevés en un an et elle a été inaugurée le 8 octobre 1950 par Édouard Daladier et Charles Martel, président du Conseil général de Vaucluse[a 6]. La première averse, modérée (17,8 mm) est tombée entre 10 h et midi. Patiemment édifiées au cours des siècles, elles sont le résultat du travail des restanqueurs ou murailleurs, ces terrassiers qui savaient élever les murets. Mais en 1561, un conflit l'opposa à l'université d'Avignon. Elles sont situées au nord de Carpentras, au sud de Vaison-la-Romaine et à l'ouest du mont Ventoux. »[148]. Spécialisé dans l'opéra de poche de Mozart, le théâtre de verdure, après Don Giovanni, en 2010, La Flûte enchantée, en 2012, a accueilli Cosi Fan Tutte, en 2013[141]. Onze communes se partagent le massif : Aurel, Beaumont-du-Ventoux, Bédoin, Brantes, Flassan, Malaucène, Monieux, Saint-Léger-du-Ventoux, Sault, Savoillan et Villes-sur-Auzon[a 3]. Les chiffres sont connus grâce à la station des Bernardins, à Beaumes-de-Venise. Dans la zone alpine se distinguent parmi les lépidoptères Hipparchia semele et deux espèces endémiques, Elophos unicoloraria occidentalis et Colostygia stilpna, ainsi que la rosalie des Alpes (Rosalia alpina) et le carabe du Ventoux (Carabus auratus honnoratii natio fabrei f.i. Durant la Seconde Guerre mondiale, la montagne abrite le maquis Ventoux. Il publie ses résultats, en 1782, dans Histoire naturelle de la Provence, contenant ce qu'il y a de plus remarquable dans les règnes végétal, minéral, animal et géoponique[34]. Selon les actes les plus anciens, datant du XIe et du XIIIe siècle, ce site était connu sous le nom de Venteron, dont la racine vint- se retrouve dans le mont Ventoux[49]. Une ancienne hêtraie coupée à blanc il y a plusieurs siècles n'a pu se reconstituer, même si quelques hêtres rabougris se maintiennent toujours dans le vallon de Prébayon. D'autres sont thermales et se trouvent sur les communes de Beaumes-de-Venise et de Gigondas. De plus, l'accueil est fait soit en français soit dans une langue étrangère signalée. Les charrois mettent une nuit pour atteindre Carpentras ou Avignon, deux nuits pour Nîmes et trois nuits pour Montpellier[a 53]. A contrario, sur la face sud, on compte une trentaine de voies équipées (20-35 mètres, 4b-7a)[126]. Pour les charpentes, le bois de pin, abondant en forêt, était le plus utilisé. 1795 et 1817. La première qui ferma fut celle créée en 1770, la seconde résista après s'être reconvertie dans le papier à cigarette[100]. C'est là que nidifient et se nourrissent le geai des chênes, le pic épeiche, le pigeon ramier, la tourterelle des bois, le merle noir ou le pinson des arbres, mais aussi la grive musicienne et la grive draine. Plusieurs toponymes en ont aussi gardé la trace tels que la Loubatière, la Louvière, le ravin du Pra du Loup, l'Espère du Loup, la Font du Loup et Chanteloube[a 34]. La tectonique des plaques ayant provoqué la fermeture du détroit de Gibraltar le niveau de la mer Méditerranée baisse de 1 500 mètres, ce qui provoqua une importante phase d'incision dans le massif dont restent témoins les gorges de la Nesque et du Toulourenc[a 11]. De -155 à -95 Ma, à la fin de l'Oxfordien, le site de cette fosse profonde (marnes noires avec géodes) se met à évoluer vers une bordure de bassin où se forment des calcaires urgoniens blanchâtres massifs, pendant tout le Crétacé inférieur. Ce site presente des lieux géographique en rapport avec les légendes, l'histoire, l'archéologie,les mégalithes, la préhistoire ou le mystére. En 1518, comme la peste ravageait Avignon, le primacier se réfugia à Beaumes-de-Venise, où il eut un fils avec sa servante. », « un ensemble d'aphorismes chariens, eux-mêmes silex taillés, élevés au rang d'oracle », « Sa poésie, étonnamment dense, défi constant à l'évidence trompeuse, à l'illusion, offre à travers l'alliance rare d'images simples, des perspectives où l'essentiel fait souvent l'économie des lenteurs du sens, Source : Services techniques d'Inter Rhône. Depuis 1966, le sommet est coiffé d'une tour d'observation de plus de quarante mètres de haut surmontée d'une antenne TDF. Isabelle Scheibli a constaté : « La pétanque est redevenue reine, et l'heure de l'apéro un rendez-vous obligé au bar sous les platanes, même si le moment de la belote reste le privilège des seuls autochtones[43]. Deux tuileries fonctionnaient à Beaumes-de-Venise, une au Crestet et la fabrique de Lancieu à Gigondas, travailla jusqu'au milieu du XXe siècle[98]. En janvier 2012, un loup a été abattu illégalement sur le territoire de la commune de Bédoin[20]. Le climat, méditerranéen, est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps[25]. Des Avignonnais, dont Maître Perrinet Parpaille qui eut un fils avec sa servante, se réfugièrent à Beaumes. La seconde a trait au développement durable en liaison avec les communes avoisinantes. Plusieurs monuments sont situés aux abords ou au cœur des Dentelles de Montmiral. Le moulage des inscriptions fut fait en 1884 et permit d'identifier cinq lignes de texte sur un espace de 24 × 26 centimètres[55]. Eilamoundaut, sus l'esquinasso Le succès de ce premier établissement religieux fut considérable puisqu'en 614, l'abbaye regroupait dix-huit moniales régulières et qui avaient implanté la vigne sur leurs domaines. D'eici, d'eila, se rout e pendoulo estrassado[75]. De nombreux jas en témoignent encore. 1ère destination : Les dentelles de Montmirail Publié le 22/01/2021 Tourisme - Carpentras Cette chapelle, sans doute pour sa difficulté d'accès, sert de lieu de pèlerinage pour invoquer la protection divine contre la peste, comme en 1518. Et c'est au cours des années 1920 qu'il y a une véritable fièvre de plantation. Jacques Marseille (sous la direction de). Enfin, lors des pluies violentes, cette technique permet de diminuer ou même d'éviter les ruissellements qui ravinent la terre cultivée[7]. Les communes de Sablet, Séguret, Gigondas, Vacqueyras, à l'ouest, ont leur partie orientale sur ce dernier[4]. Certains lieux sont spécialisés comme la place du 11-Novembre avec les pépiniéristes et les jardineries, le cours Henri-Fabre avec les brocanteurs, la place François-Cévert fait la part belle aux produits du terroir avec quarante producteurs locaux qui proposent des fruits et légumes de saison. L'impluvium de la Fontaine couvre le massif du Ventoux, le plateau d'Albion, les monts de Vaucluse et la montagne de Lure[14]. Les fours à chaux étaient cantonnés dans la partie occidentale à Sablet et à Gigondas, cette chaux était alors considérée comme la meilleure du département[98]. Elle utilisait une poterie grise typiquement celte. Beaucoup de ces néo-citadins gardent une résidence sur leur lieu d'origine et sont les premiers à établir un lien entre le monde rural de leurs pères et les rurbains (néo-ruraux). C'est la première référence écrite relative à un vignoble médiéval dans le Vaucluse[62]. Aussi exceptionnelle que le décor des Dentelles de Montmirail, au pied desquelles les parcelles s’étagent en amphithéâtre, l’appellation gigondas fait partie de l’élite des vins français. Des données très précises décrivent le milieu : 25 % de roches et éboulis, 18 % de landes et broussailles, 15 % de résineux, 15 % de forêts mixtes, 10 % de pelouses sèches, 10 % de pelouses alpines, 5 % de caducifoliées et 2 % d'espèces sempervirentes non résineuses[68]. À proximité de l'entrée de la cabane, un sarcophage en pierre a été disposé pour servir d'abreuvoir[52]. Sa partie sud présente un relief plus contrasté au contact du mont Ventoux avec des plis, des dépressions et des cuestas[6]. Les deux derniers dictons sortent de ce schéma traditionnel. Le piémont du Ventoux est, avec le Tricastin voisin, le premier producteur en France de Tuber melanosporum[a 74]. C'est le cas aussi à Suzette avec en prime une vue sur les contreforts du Ventoux et sur le Luberon barrant l'horizon. Le site servit d'abord, par ses oppida, à contrôler les routes unissant le nord et le sud entre vallée du Rhône et Ventoux. Cette racine pré-latine, répandue sur un large territoire, désigne à chaque fois une hauteur ou un lieu élevé et dans le cas du Ventoux et de la Sainte-Victoire son suffixe -tur indique une distance. C'est une petite route bitumée qui se transforme rapidement en chemin puis en piste. Le GR 91c propose une option de contournement par l'est, en reliant le GR 9 - 91 au niveau du Toulourenc au GR 4 à Sault. Cette appellation est la seconde en importance de la vallée du Rhône[50] et elle regroupe environ le tiers des vignerons de Vaucluse[51]. Suit une peinture murale réalisée en 1583 par Ignazio Danti pour la « galerie des cartes géographiques » du Vatican, là aussi le massif est représenté mais toujours sous forme de collines successives seule une élévation suggère son sommet. Le Groseau, ainsi nommé d'après le nom du dieu celte Grasélos et des nymphes Grasélides, est un ensemble de sources pérennes jaillissant à flanc de rocher. Sur le versant nord du mont Ventoux, au pied du mont Serein culminant à 1 445 m d'altitude, se trouve une station de ski installée depuis le milieu des années 1920. Dans les années 1950, cinq moulins pressaient les récoltes dans le canton de Beaumes-de-Venise. De cette période géologique datent les éminences de Gigondas, de La Roque-Alric et du Barroux. Un peu plus tard, en 1775, le docteur Jean-Claude Pancin, professeur de botanique à l'université d'Avignon, réalise plusieurs ascensions pour enrichir son herbier et dresse le premier catalogue de la faune du Ventoux[a 56]. Dans cette partie arborée, où se trouve aussi le chêne kermès qui caractérise la garrigue, on rencontre les trois types de fauvettes typiquement méditerranéennes : fauvette mélanocéphale, fauvette pitchou et fauvette passerinette. D'après les contrats existant dans différentes archives, leur utilisation s'est surtout avérée utile entre 1750 et 1860, et c'est grâce à une rigoureuse gestion collective que ces galeries ont assuré pendant plus d'un siècle une alimentation communale en eau toute l'année[a 18]. Il la décrivit ainsi : « Haut-relief de Jupiter en habit militaire, flanqué d'un côté de la roue qu'il tient de la main droite, de l'autre par un aigle et un serpent[59]. petits massifs boisés et large plateau de Garrigues, Vacqueyras se décline en trois couleurs. Vers une voie d'escalade dans les Dentelles. Dune Fleurie Le marché hebdomadaire de Vaison accueille entre 400 et 450 forains et s’étale dans tout le centre-ville. En 1562, Parpaille, tenta de prendre le château de Châteauneuf-du-Pape mais il fut repoussé par les troupes pontificales et dut laisser ses munitions[77]. Les dentelles de Montmirail englobent plusieurs communes, sur tout ou partie de leur superficie. Le mont Ventoux est un sommet situé dans le département français de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Dans le terroir viticole de Lafare, pousse la tulipe des forêts à fleurs jaunes. L'autorisation lui fut délivrée le 26 mai 1859. ». La présence de l'ours brun en Vaucluse est avérée jusqu'au XXe siècle[22]. Après avoir observé que pour obtenir de l'eau, indispensable à la vie, chaque village a entrepris des travaux considérables, imaginé et inventé mille dispositifs plus ingénieux les uns que les autres, Isabelle Scheibli indique : « Ainsi, à La Roque-Alric des puits furent creusés, mais ceux-ci étaient souvent à sec. À la fin de cette ère, lors de la période du miocène, débuta une phase de sédimentation. En saison, c'est le marché de Carpentras, un des plus importants de la région avec Richerenches, qui fixe les prix. Dentelles sarrasines vues de la chapelle Saint-Cosme et Saint-Damien à Gigondas. De tous côtés, à nos pieds même, des éclairs jaillissent, zébrent le brouillard et l'illuminent de leur clarté blafarde[a 59]. Des essences locales sont aussi utilisées, notamment le hêtre, le pin, mais aussi des espèces exotiques comme le pin noir d'Autriche qui s'acclimatent très bien. C'est surtout à partir de la Première Guerre mondiale que leur mise en culture a été délaissée et que les céréales, oliviers, arbres fruitiers et vignobles sont descendus en plaine. Elle fut alors supplantée par celle de Gigondas qui, grâce à la qualité de ses productions, approvisionnait des chantiers jusqu'à Marseille, Antibes, Lyon et la Savoie[100]. La D 942, ou route de la Nesque[a 6], a été mise en service en 1920[a 7]. Ce phénomène géologique, connu sous le nom de diapir, a été comparé à un véritable volcanisme froid. Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[16]. Il existe aussi une production de ces vins en primeur[49]. D'énormes troupeaux paissaient landes, sous-bois, terres après moisson ou en jachère[a 69]. L'année suivante, au cours du mois de juillet, des dizaines de passionnés les rejoignent pour le premier « Roller aventoux ». Cette expérience, soutenue par la municipalité et l’Office national des forêts, retient dès 1988-1989, l’attention du Conseil général de Vaucluse, du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, du ministère de l'environnement et de la CEE. Une nouvelle population d'origine urbaine, n'ayant, le plus souvent, aucune attache régionale, s'est installée sur place et parallèlement nombre de résidences secondaires sont passées au statut d'habitation à l'année. De méditerranéennes au bas, elles évoluent en fonction de l'altitude vers un climat tempéré puis continental de type montagnard au sommet[a 20]. Les plus importantes restent celles de Malaucène à Saint-Léger, de Mormoiron à Sault et de Bédoin à Flassan. L'oppidum du Clairier, situé sur la commune de Malaucène, contrôlait le vieux chemin menant de Carpentras à Vaison, via Malaucène et le flanc est des Dentelles de Montmirail. Ce vin est issu du sud, de la vallée du Rhône, au pied du massif mythique des Dentelles de Montmirail.A la fois puissant et élégant, l'assemblage à majorité de Grenache, associé au Mourvèdre et à la Syrah lui confère des arômes de fruits noirs frais, une belle densité en bouche, et des tannins francs et délicats. À Lafare, jusqu'au, « induit des visions différentes de l'espace, une gestion différente de l'environnement et des perspectives parfois difficilement compatibles entre ces différents groupes sociaux. Le Groseau déverse entre 50 et 170 l/s. À Beaumes, le dernier établissement thermal ferma au début du XXe siècle. Il fait l'ascension du mont en compagnie de son ami l'astronome et mathématicien Athanase Kircher qui vivait alors à Avignon depuis deux ans[73]. », La Provence attire de plus en plus des artistes et créateurs venus du monde entier. Quand le Ventoux a son chapeau, et la Durance, son manteau, il pleuvra bientôt. Jean Giono cite le Ventoux dans son œuvre Provence (écrite entre 1936 et 1965). C'est loin d'être faux puisque les spécialistes ont vérifié qu'une bonne année dépend à la fois d'un fort ensoleillement estival suivi de pluies entre la mi-août et la mi-septembre[55]. Orienté est-ouest, suivant le plissement pyrénéo-provençal, sa partie septentrionale présente une grande disparité avec ses bancs de calcaires très épais avec la partie méridionale faillée et aux dalles de calcaire dressées verticalement et entrecoupées par un moutonnement de dépressions[5]. ». Site officiel du village de Travaillan dans le Vaucluse, découvrez l'histoire, le patrimoine et la vie au quotidien - Mairie, école, cantine, vie locale et associatives. », « Quand lo Ventor a son capèuE Sant-Amant, son mantèuEi de la plueia per ben lèu[N 7]. La première en date est celle du Paty, sur la commune de Caromb. Le pavot du Groenland (Papaver aurantiacum ou Papaver rhaeticum) ou le lys martagon, présents dans les éboulis sommitaux, pourraient en être les emblèmes[a 31].