La manifestation dégénère rapidement et, au terme d'affrontements violents avec les forces de l'ordre, on compte six morts et plusieurs centaines de blessés. Ces ambiguïtés en matière de politique extérieure pèseront lourd dans les difficultés ultérieures du gouvernement de Front populaire. Le 9 février, le PCF et la CGTU organisent un grand rassemblement[8] place de la République, contre le fascisme et les ambiguïtés du gouvernement. Comme les élections municipales de mai 1935 se caractérisent par un nouveau recul du Parti radical, sauf là où il s'était allié avec la SFIO, Herriot n'a plus de réel argument pour poursuivre la politique d'alliance avec la droite, et le comité exécutif du parti, « emporté par la mystique unitaire antifasciste »[17], décide le 3 juillet de participer à la grande manifestation unitaire prévue pour le 14 juillet. Des accords de désistements réciproques leur avait alors permis d'investir une majorité absolue de sièges à la Chambre des députés. Léon Blum souhaite intervenir aux côtés des républicains espagnols mais les radicaux et la droite y sont opposés. Ce n'est toutefois que dans un second temps, après la chute du Front populaire, que la production d'armement démarre réellement, lorsque les capitaux reviennent et que le conflit social est tranché au profit du patronat avec notamment la baisse du coût du travail[57]. souhaitée]. La question de l'héritage du Front populaire, de l'état dans lequel il laissa la France en 1938, suscita bien des passions. » que les militants des deux partis défilent de concert »[9]. Ravitaillement des grévistes de la fosse Arenberg pendant les grèves de 1936. Malgré l’aide qu’ils apportèrent à … En effet, le Parti radical, bien qu'allié de la droite dans les gouvernements de trêve, subit de la part de ses partenaires des critiques souvent violentes, allant de l'incompétence à la corruption, alors même que la politique de droite menée par ces gouvernements met mal à l'aise un nombre de plus en plus important de militants. Par ailleurs les socialistes, alliés traditionnels des radicaux, sont en froid avec ces derniers. Pour sa part, la SFIO se méfie d'un Parti communiste qui, sous couvert de proposer un front unique, chercherait en réalité à attirer vers lui les militants socialistes en les éloignant de leurs dirigeants[6]. Dans ses rangs et derrière ses comités, se trouve la masse des petites gens des classes moyennes que la crise économique frappe durement (…) [et qui] se débat comme nous, prolétaires communistes et socialistes, contre la misère envahissante. », « Ils vous ont pris Jeanne d'Arc, cette fille du peuple, abandonnée par son roi […] et brulée par les prêtres qui depuis l'ont canonisée. 500 000 personnes selon les organisateurs, 100 000 selon la police. Il fut suivi de trois autres (deux dirigés par un radical, Camille Chautemps, et un dernier dirigé à nouveau par Léon Blum). Il recrute aussi dans le vivier des Jeunes Turcs, « cette nouvelle génération d'élus radicaux non-conformistes et ancrés à gauche »[38], à des postes qu'il juge importants : l'Éducation nationale pour Jean Zay (32 ans), l'Air pour Pierre Cot. Des centaines de piscines et de stades publics sont construits à son initiative[52]. L'expérience ne sera donc pas socialiste, mais se limitera à une nouvelle forme de réformisme social. Ayant perdu temporairement le pouvoir dans leurs établissements, les patrons affolés demandent l'intervention du nouveau gouverne… - Topic Qui dirige la France : Les politiques ou les milliardaires/élite ? Le gouvernement est globalement dominé par les socialistes (20 ministres et secrétaires d'État, contre 13 radicaux), les communistes choisissant de le soutenir de l'extérieur. La dernière modification de cette page a été faite le 5 janvier 2021 à 15:00. Pour la gauche française le front populaire reste durablement un exemple à suivre et à revendiquer, accusant régulièrement la droite de chercher à détruire les acquis du front populaire. de Guy Pédroncini. 0:00:12 Introduction et annonce de 9 questions bêtes 0:02:59 1re question bête : qu’a découvert François Mitterrand ? Ces accords mettaient en place, entre autres, le droit syndical, et prévoyaient une hausse des salaires de plus de 7 à 15 % selon les branches professionnelles, soit environ 12 % en moyenne sur toute la France. Grâce au désistement en faveur du candidat le mieux placé au second … En effet, tout en assurant Blum de son total soutien, le PCF préfère ne pas donner prise aux craintes d'une révolution alimentées dans les classes moyennes par l'opposition, qui « agitait sans cesse l'épouvantail de « l'homme au couteau entre les dents » et prédisait la violence bolchévique à brève échéance »[41]. « Le parti communiste pouvait légitimement apparaître comme le grand vainqueur de la consultation : avec 1 500 000 voix, il doublait ses suffrages de 1932 »[31]. Le 11 mai, 600 ouvriers et 250 employés des usines Breguet arrêtent le travail pour demander la réintégration de deux militants licenciés pour avoir fait grève le 1er mai. du 06-01-2021 12:33:09 sur les forums de jeuxvideo.com Blum sait que s'il tente d'intervenir, son gouvernement sera renversé au profit d'une alliance entre radicaux et partis de droite. Il n'y a pas de majorité socialiste ; il n'y a pas de majorité prolétarienne. Dans le même sens, on trouve les critiques de Raymond Aron et Robert Marjolin : le premier regrette, comme Alfred Sauvy, l'ignorance économique de la classe politique[réf. Avatar tardif du projet Blum-Viollette, le Code de l'indigénat est vidé de sa substance, puis complètement abrogé par la loi du 7 avril 1946, par Marius Moutet, qui s'efforce d'améliorer le sort des colonisés et de les associer à l'administration de leurs territoires[réf. Le bilan du Front populaire est « contrasté »[61]. nécessaire]. Le 7 septembre 1936, le gouvernement suit la proposition de Daladier, ministre de la défense, qui fait engager 14 milliards de francs de dépense pour la production d'armes modernes et entérine le plan de construction de 1 500 avions de combat mis au point par Pierre Cot, ministre de l'air. Les mesures préconisées par le Front populaire en matière économique sont plus importantes, bien que tout autant marquées du sceau du compromis. » (Léo Lagrange, sous-secrétaire d'État à la jeunesse et aux loisirs, lors d'un discours radiodiffusé, le 10 juin 1936). Le PCF décide de se joindre à la manifestation, espérant toujours attirer à lui les militants socialistes en plaçant des orateurs tout le long du cortège. », « Les radicaux pourront dire et constater qu'à très peu de chose près, le programme du Front populaire n'est rien d'autre que le vieux programme du Parti radical. Le conseil général de la Banque de France, dans le cadre de la réorganisation de l'institution voulue par le Front populaire en 1936. De fait, l'évolution vers l'unité n'est pas évidente, la direction du PCF étant dans un premier temps hostile à tout rapprochement avec la SFIO, conformément à la tactique « classe contre classe » élaborée à la fin des années 1920 par la Troisième Internationale. Qui dirige la france en 1940. Les partis de gauche s'unissent contre les ligues d'extrême droite. Léon Blum ne se contente pas de redéfinir le rôle dévolu au président du Conseil : il innove également en créant de nouveaux postes ministériels et en attribuant ces ministères à de nouvelles personnalités (Composition du gouvernement), même si certains barons du radicalisme tiennent leur place, comme Camille Chautemps, Yvon Delbos (ministre des Affaires étrangères) ou Édouard Daladier, vice-président du Conseil, ministre de la Défense nationale et de fait numéro 2 du gouvernement. Le Front Populaire, en France, désigne l'alliance gouvernementale des partis de gauche (socialiste, communiste, radical) mise en place pour les … Le CNRS est une création du Front populaire. nécessaire], tandis que le second insiste sur le caractère néfaste sur l'abaissement de la production industrielle de la France au pire moment. Il annonce aux français qu'il a demandé l'armistice à l'Allemagne.... 13 septembre 2015 ∙ 3 minutes de lecture Alors qu'elle avait soutenu le Front populaire[49], l'Étoile nord-africaine de Messali Hadj est dissoute le 26 janvier 1937 en application du « décret Régnier » qui réprimait les manifestations contre la souveraineté française en Algérie, marquant ainsi la fin de toute évolution de la politique coloniale sous le Front populaire[50]. Mais qui dirige la police ? Conférence – Qui gouverne la France et l’Europe ? Son ministère prit fin à la suite de ce refus. Des députés républicains instaurent ce gouvernement qui met fin à la IV e législature et au Second Empire laissant place à la III e République (4 septembre 1870 - 10 juillet 1940) Le président du gouvernement est chef de l'exécutif de facto pendant la vacance de la fonction présidentielle … Des réformes importantes comme celles des retraites sont alors abandonnées[réf. Des raisons intérieures ont certainement joué, outre la volonté unitaire de la base : la tactique « classe contre classe » avait montré ses limites en isolant le parti et en provoquant un net recul du PC aux élections de 1932. Le Front populaire est une coalition de partis de gauche qui gouverna la France de 1936 à 1938.Il réunissait les trois principaux partis de la gauche, la SFIO, le Parti radical-socialiste et le Parti communiste (qui soutenait les deux premiers sans participer directement au gouvernement), mais également toute une nébuleuse … Et de manière tout à fait inattendue, des femmes se mobilisent et certaines mènent les grèves (Martha Desrumaux, Madeleine Colliette, Suzanne Gallois, …), en particulier dans les usines textiles ou alimentaires[44]. Ainsi, un mouvement de grève et d'occupation d'usines se mit en place, gagnant toute la France. Le gouvernement Blum, enfin formé le 4 juin, cherche tout de suite à faire cesser le mouvement de grève. Qui dirige la France en juin 1936 2 Voir les réponses annouck12 annouck12 Bonsoir, c’est Léon Blum qui dirige la France en 1936 amounaimanekoukoukh amounaimanekoukoukh Réponse. 1921 Modifier Article détaillé : 1921 en France . La politique d'électrification des communes rurales, très énergique dans les années 1920 sous Henri Queuille, fut reprise. Pourtant, en juin 1935[14], la pression de l'aile gauche du Parti radical, notamment des « Jeunes Turcs » et d'Édouard Daladier (qui cherche à retrouver un espace politique après son échec du 6 février 1934), amène Édouard Herriot à accepter le rapprochement avec la SFIO et le PC. Qui dirige la france en 2020. À cela s'ajoute en matière agricole la mise en place d'un Office national des céréales destiné à régulariser le marché et lutter contre les spéculateurs. La Banque de France ne fut pas nationalisée, mais la tutelle de l'État s'accrut et le droit de vote s'étendit à tous les actionnaires (il était jusqu'alors réservé aux 200 plus gros). Cette page concerne l'année 1936 du calendrier grégorien. Sur le territoire métropolitain, le décret de 1935 contraignant les étrangers à résider dans le département où ils avaient obtenu leur carte d'identité est annulé : le décret du 14 octobre 1936 permet le libre déplacement sur le territoire[51]. Surtout, Mussolini refuse encore que l'Autriche soit rattachée à l'Allemagne et apparaît donc comme un potentiel allié de circonstance qu'il faut ménager. Ou bien vous instaurez le contrôle des changes, vous imposez un dirigisme strict, vous mettez la France en autarcie — et alors vous êtes obligé d’instituer un régime autoritaire qui risque de glisser vers le totalitarisme. Les thèmes jacobins seront désormais défendus jusqu'à la guerre de 1914. « L'exemple nazi fait réfléchir : en dénonçant constamment la social-démocratie, le « social-fascisme », comme l'ennemi principal, le parti communiste n'a-t-il pas accentué la division des forces de gauche et facilité la montée au pouvoir d'Hitler ? nécessaire]. Nous jurons, en cette journée qui fait revivre la première victoire de la République, de défendre les Libertés démocratiques conquises par le peuple de France, de donner du pain aux Travailleurs, du travail à la Jeunesse et au monde la grande Paix humaine. Mais la reprise n’est pas immédiate, et bien des délégués des usines en grève souhaitent continuer le mouvement. Non sans raison : l'ancien dirigeant communiste Treint dira d'ailleurs : « Il faut tendre la main vers les socialistes, comme la main se tend vers la volaille… pour la plumer ». Selon vous ? De fait, Thorez considère que les résultats des élections cantonales d'octobre 1934, où l'extrême-droite progresse en attirant à elle d'anciens électeurs radicaux, « attestent de la « course de vitesse » engagée entre les fascistes et les partis ouvriers pour la conquête des classes moyennes »[13], touchées par le chômage et désorientées politiquement. La victoire, le 3 mai 1936, du Front populaire aux élections législatives déclenche une série de grèves pour obtenir des réformes. Le 4 juin 1839, un jeune aventurier français, seul, muni d'un maigre bagage, débarque à Tadjoura : c'est Rochet d' Héricourt 1 qui, après une dizaine d'années passées en Egypte, se propose de traverser d'est en ouest, selon une direction sensiblement parallèle à l'équa- teur. Il réunissait les trois principaux partis de la gauche: la SFIO, le Parti radical et le Parti communiste, mais également toute une nébuleuse d'autres mouvements de gauche et antifascistes. La guerre d'Espagne (également désignée sous le nom de guerre civile espagnole [N 1]) est un conflit qui, du 17 juillet 1936 au 1 er avril 1939, opposa en Espagne, d'une part le camp des républicains, orienté à gauche et à l'extrême gauche, composé de loyalistes à l'égard du gouvernement légalement établi de la II e République, de … Mais dès l'été 1937, il dut faire face à diverses difficultés économiques qui le poussèrent à dévaluer le franc dès le 17 septembre, cette situation transforma l'inquiétude de la droite en opposition résolue. Ainsi, le régime de Vichy lui attribua la responsabilité de la défaite française face à l'Allemagne nazie, ce que les historiens ne font pas[62]. Réponse au mail d'un internaute sur l'absence de Pétain sur la liste des présidents de la République : Philippe Pétain n'a jamais été président de la République française. », « bloquant une économie en pleine reprise qui est l'acte le plus dommageable commis depuis la révocation de l', « que nous n'osons pas encore la reconnaître, tant il est malséant de s’en prendre à un progrès social », International Labor and Working-Class History, « Conflict and Compromise : Socialists and Socialism in the Twentieth Century », De l'armistice à la dévaluation de la livre, 1918-1931, De Pierre Laval à Paul Reynaud, 1931-1939, des syndicats, des associations d'anciens combattants de gauche et des mouvements intellectuels (, Louis Poulhès, « 26 septembre 1939 : la dissolution des organisations communistes » dans, Sentiment que les historiens ne partagent plus, comme l'indique Danièle Zéraffa-Dray, à la page 71 de son ouvrage, « Pour autant, l'absence de coordination entre les manifestants, l'absence d'un « chef » capable de fédérer les différents mouvements en une organisation puissante, le caractère très spontané des manifestations ne permettent pas de conclure à un coup d'État fasciste. Peu importe qui a gouverné et qui gouvernera la France ; que ce soient les, « Une deuxième guerre viendra. Pour les ouvriers et employés partant en vacances, Léo Lagrange créa des billets de train avec 40 % de réduction, qui existent toujours. La semaine de 40 heures et deux semaines de congés payés sont instaurées. Dès le 12 février 1934, un mouvement en faveur d'une unité d'action se dessine lors des manifestations de rue à Paris et en province[4]. L'essentiel de ces gains sont réalisés aux dépens des socialistes, qui compensent leur perte dans le milieu ouvrier en mordant sur l'électorat rural du Parti radical. Le gouvernement Léon Blum, premier gouvernement de coalition issu de la nouvelle majorité, fut surtout le premier de la IIIe République dirigé par les socialistes. En Tunisie, les colons les plus influents « tinrent l'avènement du Front populaire pour une catastrophe cosmique et [le sous-secrétaire d'État] Pierre Viénot pour l'Antéchrist […] » (Charles-André Julien, dans Léon Blum, chef de gouvernement) : ils déployèrent donc tous leurs efforts pour saboter la politique menée. En fait, même sur le plan économique, ce programme modéré du « plus petit dénominateur commun » reste modeste et se contente de prévoir la « réalisation des tâches immédiates » pour résoudre la crise et apporter « une solution aux injustices sociales les plus criantes […], sans toucher aux structures de la société »[26], comme le souhaiteraient les socialistes. Doc.1-a/: la crise économique et sociale Doc.2 : la victoire du Front Populaire aux en France entre 1931 et 1935. élections législatives de mai 1936. Sur la question de la responsabilité de cet échec, les deux partis se renvoient la balle et leurs rapports sont, depuis 1934, bien conflictuels[7]. Les explications de cette spectaculaire volte-face[10] sont diverses et, pour certaines, controversées[11]. ». Épisode symptomatique d'une union antifasciste bien plus précoce à la base qu'à la tête de deux partis dont les dirigeants se haïssent[réf. En 1936, la France découvre les congés payés, mais l’âge d’or des vacances est encore loin. En fait, si socialistes et communistes sont authentiquement convaincus qu'ils viennent de connaître une tentative de coup d'État concerté en vue d'établir un régime autoritaire[5], ils réagissent d'abord en ordre dispersé. Cette non-intervention satisfaisait Hitler dont le but est d'isoler la France pour mieux la briser (« Car il faut qu'on se rende enfin clairement compte de ce fait : l'ennemi mortel, l'ennemi impitoyable du peuple allemand est et reste la France. Schwery a participé au conclave qui a élu Benoît XVI en 2005. Léon Blum s'efforce cependant de rester pragmatique : il distingue l'exercice de la conquête du pouvoir. 1863 Annexion de la Cochinchine. Georges Monnet, ministre de l'Agriculture, ne réussit pas à faire adopter la création d'autres offices pour les autres productions, devant les réticences du Sénat, mais l'Onib servit de modèle aux structures créées après la Libération, voire à celles mises en place par la Politique agricole commune (PAC). Malgré les paroles rassurantes de Léon Blum, le climat qui règne alors en France a des connotations clairement révolutionnaires. », Grâce à l'accord franco soviétique, le PCF était en mesure d', « affirmer un patriotisme intransigeant et de couper ainsi court aux accusations qui le poursuivaient sur ce thème depuis sa fondation. « du dehors une sorte de ministère des masses avec le concours des éléments les plus ardents et les plus déterminés du Front populaire organisés dans ses comités », Le Journal des Activités Sociales de l'énergie. Le succès électoral a donc éveillé chez l'ensemble des travailleurs un immense espoir. Dans le domaine politique, les revendications sont classiques : défense de la démocratie (désarmement et dissolution des ligues, obligation pour les organes de presse de publier leur bilan financier pour permettre à leurs lecteurs de connaître l'identité de ceux qui les financent, promotion des droits syndicaux et de l'école laïque) et de la paix (désarmement relatif, promotion de la sécurité collective et de la négociation dans le cadre de la SDN). De fait, cette majorité parlementaire inédite investit le premier gouvernement à dominante socialiste de la IIIe République, et Léon Blum est nommé président du Conseil par le président de la République Albert Lebrun, le 4 juin 1936. Accusé, sans aucun fondement[59], à partir du 14 juillet 1936, d'avoir été déserteur durant la Première Guerre mondiale, il fut rapidement innocenté, mais ne supporta pas de voir son honneur de patriote sali et se suicida le 17 novembre 1936[60]. Il faut, auparavant, isoler si bien la France que cette seconde guerre ne soit plus une lutte de l'Allemagne contre le monde entier, mais une défense de l'Allemagne contre la France qui trouble le monde et la paix »[56]). La mort dans l'âme, Blum se résigne à la non-intervention mais fait en sorte que les autorités françaises ferment les yeux sur le trafic d'armes s'exerçant au profit des républicains espagnols à la frontière entre la France et l'Espagne. Des bals sont donnés dans les usines ou les grands magasins, des compagnies de théâtre (comme le groupe Octobre de Jacques Prévert) jouent des pièces. Henry Dutailly (lieutenant-colonel), préf. La dernière modification de cette page a été faite le 19 novembre 2020 à 18:07. Par ailleurs, les attaques calomnieuses de l'extrême droite affaiblirent plusieurs personnalités du Front populaire, à commencer par Blum lui-même : son arrivée au pouvoir déclencha en effet une vague d'antisémitisme d'une très grande ampleur, visant à remettre en cause sa crédibilité et sa loyauté aux intérêts de la France. En dehors de la volonté de nationaliser les industries pour soustraire la politique extérieure de la France à l'influence des marchands de canon, « cette plateforme somme toute modérée témoigne davantage de préoccupations électorales que d'une claire perception de la situation internationale : ni la question coloniale, ni les dangers extérieurs, ni la situation en Europe ne semblent préoccuper ses signataires »[23], et l'antifascisme reste essentiellement à destination interne, contrairement aux souhaits du PCF, plus belliciste et prêt à internationaliser la lutte contre le fascisme[24]. La solennité du moment est renforcée par la rédaction d'un serment, écrit par Jean Guéhenno, André Chamson, et Jacques Kayser[20], prêté par tous les manifestants, qui réaffirme l'importance de la mobilisation antifasciste et dégage des objectifs pour améliorer la situation du pays[21]. Nous avons la réponse à la question : Qui a dirigé le gouvernement de Front populaire de juin 1936 à juin 1937 ? Il y a la majorité du Front populaire dont le programme du Front populaire est le lieu géométrique. Les Juifs autochtones, craignant que ce flux n’entraînât un regain d’antisémitisme, réservèrent souvent un accueil mitigé à leurs coreligionnaires immigrés. ». Dans le même temps, les communistes couvrent d'éloge le Parti radical, héritier selon eux de la Révolution française et représentant d'une classe moyenne désormais solidaire du prolétariat[15]. Près de deux millions de travailleurs débrayèrent, paralysant le pays. Il y a la majorité du Front populaire dont le programme du Front populaire est le lieu géométrique. 0:52:51 2e question bête : pourquoi les États-Unis poussent-ils tellement à la construction européenne ? Ou bien vous instaurez le contrôle des changes, vous imposez un dirigisme strict, vous mettez la France en autarcie — et alors vous êtes obligé d’instituer un régime autoritaire qui risque de glisser vers le totalitarisme. En perpétuel recherche de la composition parfaite, voir de déstructuration de l'espace dans l'univers abstrait ou dans le corps humain, en partant d'une tâche d'encre, d'un graphisme jusqu'à une pensée aboutie sur la toile , voilà ce qui dirige mon chemin artistique 24/10/2018 : Préfet de la région Occitanie, préfet de la … Toutefois, la fin du Front populaire arriva en avril 1938 lorsque le radical Édouard Daladier succéda à la présidence du Conseil au socialiste Léon Blum, qui démissionna à la suite de son échec dans l'obtention de moyens lui permettant de mettre en place une politique de grandes réformes financières. Se trouve remis en cause le principe de la propriété privée des moyens de production[43]. » que les militants des deux partis défilent de concert », Ce sont donc les militants ordinaires, contre la volonté des états-majors hormis, « l'alliance des classes moyennes avec la classe ouvrière », « attestent de la « course de vitesse » engagée entre les fascistes et les partis ouvriers pour la conquête des classes moyennes », « emporté par la mystique unitaire antifasciste », « dans l'euphorie d'une unité retrouvée de la gauche », « cette plateforme somme toute modérée témoigne davantage de préoccupations électorales que d'une claire perception de la situation internationale : ni la question coloniale, ni les dangers extérieurs, ni la situation en Europe ne semblent préoccuper ses signataires », « une solution aux injustices sociales les plus criantes […], sans toucher aux structures de la société », « résulte de l'augmentation d'à peine 1 % des suffrages obtenus par les radicaux, les socialistes et les communistes en 1932 », « dramatiquement en relief les coûts de la désunion passée », « Le parti communiste pouvait légitimement apparaître comme le grand vainqueur de la consultation : avec 1 500 000 voix, il doublait ses suffrages de 1932 », « battus par les électeurs le 26 avril, les radicaux se trouvent en position d'arbitres, en mesure de faire ou défaire les majorités, et leur puissance parlementaire fait d'eux, au moment même où leur parti commence son déclin, les maitres réels du jeu politique français », « non seulement le Parti socialiste n'a pas la majorité, mais les partis prolétariens ne l'ont pas davantage. Le 29 juillet fut votée la retraite des mineurs et, le 28 août, une loi sur les allocations chômage. Le gouvernement engage donc une … En juin 1936, le gouvernement du Front Populaire, dirigé par Léon Blum, adopte de grandes mesures sociales qui vont changer la vie des Français. Blum voit également un deuxième avantage à prendre la tête du gouvernement : en « occupant » le pouvoir, les socialistes peuvent directement empêcher les fascistes de s'y installer[33]. », Section française de l'Internationale ouvrière, Élections législatives françaises de 1936, Office national interprofessionnel du blé, Office national interprofessionnel des grandes cultures, Centre de propagande des républicains nationaux, Défilé des 500 000 manifestants à la Porte de Vincennes, 14 juillet 1935 (Le), Revue d'histoire moderne et contemporaine, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Géographie électorale du Front populaire en France, Histoire de la gauche française de 1919 à 1939, Mouvement contre la guerre et le fascisme, Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, critique de l'ouvrage par Philippe le Nail, Alfred Sauvy, « Histoire économique de la France entre les deux guerres », Fédération de la gauche démocrate et socialiste, « Majorité plurielle » ou « Gauche plurielle », L'Alliance républicaine, écologiste et sociale, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Front_populaire_(France)&oldid=176763775, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, Portail:Politique française/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. L'aggravation de la situation économique (creusement du déficit budgétaire) poussa Chautemps à réclamer les pleins pouvoirs, ce qui lui fut refusé le 9 mars 1938, en partie à cause des votes socialistes[réf. Albert Lebrun fut président de 1932 à 1939, puis réélu pour un second mandat, jusqu'en … […] Ils ont essayé de nous prendre cette héroïque, « Pour les communistes, il s'agit aussi de lutter éventuellement contre le fascisme à l'extérieur, en s'appuyant sur le pacte franco-soviétique conclu en 1935. Si les radicaux ont perdu de leur superbe, ce sont leurs 106 députés qui permettent au gouvernement d'exister, dans la mesure où aux 219 députés socialistes et communistes correspondent exactement les 219 députés de la droite. Ici comme en politique étrangère, les divergences entre alliés, les ambiguïtés sont nombreuses, même si dans un premier temps l'enthousiasme des militants peut les maintenir sous cloche. », « rejettent même les nationalisations, qui n'ont aucun caractère révolutionnaire et que les congrès radicaux acceptaient dès avant la guerre de 1914. Cela n'a pas été sans créer des tensions entre le Parti radical et les socialistes, mais ces derniers ont dû s'incliner compte tenu de la farouche volonté du PC de faire preuve de modération pour assurer le ralliement des classes moyennes au Front populaire[29]. Dès l'annonce des résultats des élections législatives du 3 mai 1936, résultats qui proclament la victoire électorale du Front populaire, les salariés français se mettent en grève spontanément et, fait nouveau, occupent leurs lieux de travail (ateliers, bureaux, grands magasins...). Pour la première fois également les entreprises sont occupées par les grévistes, qui organisent des comités de grève. », « Le Parti radical est le plus grand des partis. Il ne constitue d'ailleurs qu'une base de désistement pour le second tour, chaque parti défendant au premier tour son propre programme, dont la compatibilité avec le programme de Front populaire n'est pas toujours évidente. C'est bien l'opinion de l'actuel président du Conseil, le radical Albert Sarraut, qui invite Blum à prendre immédiatement sa place pour résoudre la situation. Il n'y a pas de majorité socialiste ; il n'y a pas de majorité prolétarienne. Pourtant, le 26 juin 1934 à Ivry, Maurice Thorez opère un virage à 180° en appelant à l'unité d'action avec les socialistes. Il suffit qu'ils fassent le choix de basculer vers les modérés comme en 1926 ou 1934, et le gouvernement de Front populaire disparaîtrait. », « Car il faut qu'on se rende enfin clairement compte de ce fait : l'ennemi mortel, l'ennemi impitoyable du peuple allemand est et reste la France.