Elle progresse régulièrement à la Martinique depuis 1989. Tous droits réservés - Syndicat du Sucre de La Réunion. la création-sélection variétale pour produire des variétés de canne à haut potentiel de rendement, de richesse et de production de biomasse, et spécifiquement adaptées aux conditions agro-pédo-climatiques des principales zones de production de l’île. La Réunion abandonne au XIXème siècle la culture du caféier, du giroflier et du cotonnier en faveur de celle de la canne à sucre après une série de cyclones entre 1806 et 1807. Les rendements énergétiques obtenus à La Réunion sont parmi les meilleurs au monde : une tonne de canne produit 150 KWh d’électricité, ce qui couvre la consommation électrique d’un habitant pendant 15 jours. En effet, la profession enregistre un volume de production de 1,526 million de tonnes de cannes à sucre récoltées cette année, selon groupe coopératif … La canne à sucre symbolise également un atout véritable pour le développement durable à La Réunion. La bagasse est déjà traditionnellement utilisée pour faire fonctionner les usines sucrières, elle sert aussi à produire de l’électricité dans les centrales Albioma du Gol et de Bois-Rouge. Depuis 2019, ce solde de mélasse disponible est utilisé pour fabriquer de l’éthanol combustible qui sert à alimenter la Turbine à Combustion mise en service dans le sud de l’île afin d’approvisionner le réseau EDF en électricité de pointe. Malgrès les conditions de sécheresse de fin 2010- début 2011 qui ont impactées la repousse des parcelles de canne, le résultat de la campagne 2011, certes inférieure au record de 2004 (1,969 millions de tonnes de canne), reste supérieur à la moyenne décennale (1,827 millions de tonnes de canne), mais s’accompagne d’une richesse médiocre (13,54), inférieure à la moyenne décennale (13,88). Domaine de Beaufond & Station de La Mare Centre de coopération internationale … Ces exploitations emploient quelques 10 500 personnes dont 6 700 de manière permanente et 3 800 à titre saisonnier. Ce coefficient est fixé à 1 pour les campagnes 2009, 2010, 2011, donc la prime complémentaire bagasse-énergie, dans les DOM et Mayotte, est de 13 € par tonne de canne pour ces trois campagnes. Si cette technique a pu être utilisée auparavant dans certains pays sucriers, La Réunion a été la première à mettre au point une chaudière à haute pression pour la combustion de bagasse, permettant une injection à haute énergie. Du côté de la Chambre d’Agriculture et de la Région Réunion, l’idée est de pousser à la conversion de la canne à sucre vers la canne-fibre. La mélasse produite par les sucreries réunionnaises est prioritairement destinée à l’alimentation pour le bétail et à la production de rhum. Tonnage actuel à la sucrerie du Gol . Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. canne à sucre à la Réunion a forte-ment contribué à augmenter le ren-dement, de 4 tonnes de sucre à l’hec-tare dans les années cinquante à plus de 7 tonnes aujourd’hui. A La Réunion, une filière canne à sucre performante mais dépendante. Les deux régions productrices en France sont les Antilles et la Réunion. Contacts. La nouvelle variété R 586 libérée en 2013, présente également un taux de fibre de 17,4 %, bien plus élevé que les cannes classiques. La réforme de l’organisation commune du marché du sucre (OCM sucre) sécurise la filière canne dans les départements d’outre-mer. Il a été également accordé la possibilité à l’Etat membre de compléter ces mesures par une aide nationale dans la limite d’un crédit de 90 millions d’euros par an. L’article 53 de la LODEOM stipule que, dans les DOM, le tarif de rachat de l’électricité aux installations électriques existantes ou nouvelles qui produisent de l’électricité à partir de la biomasse, dont celle issue de la canne à sucre, ne peut être « inférieur au prix de vente moyen de l’électricité issu du dernier appel d’offre biomasse national. La culture de la canne à sucre est de fait au coeur de l’histoire réunionnaise, celle peu glorieuse du marronnage pour faire face au fort besoin de main d’oeuvre, mais se faisant, celle aussi du peuplement, de l’identité et de la culture réunionnaise dans toutes ses dimensions. Canne à sucre – Juin 2018 Directeur de publication : Jean-Bernard GONTHIER, Président de la Chambre d'agriculture de La Réunion 24, rue de la source – BP 134 - 97463 St-Denis Cedex - Tél : 0262 94 25 94 - Fax : 0262 21 06 17 Elle tolère néanmoins une grande variété de types de sols, des pH allant de 5 à 8,5, et même une légère salinité qui réduit néanmoins les rendements avec son accroissement. Ces deux outils industriels sont la propriété du groupe TEREOS Océan Indien depuis 2001 pour la Sucrerie de Bois-Rouge et 2010 pour la Sucrerie du Gol. À La Réunion, environ 285 GWh d’électricité sont produites à partir de la bagasse fournie par les sucreries de Bois-Rouge et du Gol. La superficie consacrée à la canne (22 664 ha) correspond à environ 52,94 % de la superficie agricole utilisée de La Réunion. La filière exploite aussi un terminal sucrier (Eurocanne) et trois distilleries industrielles (Savanna, Rivière du Mat, et Isauthier). La performance de cette méthode est évaluée en l’appliquant à la production de canne à sucre de l’île de La Réunion. Les rendements (70 à 140T/ha) restent très hétérogènes sur l’île selon la zone et la campagne, en raison, notamment, de la forte diversité agronomique, climatique et technique des zones de production. Elle reste une culture d’exportation, une production pivot incontournable pour la solidité financière des exploitations agricoles et pour l’appui à leur diversification ; en outre, elle offre un potentiel important de surfaces pour valoriser des effluents d’élevage et urbains. 2018 ont fortement impacté le rendement de canne à sucre : 1,421 millions de tonnes de cannes ont été broyées dans les deux usines de l’île, soit 23 % de moins par rapport à la moyenne décennale (1,850 millions de tonnes). cannière résiste à la Réunion et en Guadeloupe; elle diminue respectivement de - 20 % et de - 15 % en 18 ans essentielle-ment sur la première période 1989-2000. Durant cette période, le paysage routier de l’île est modifié en profondeur avec l’insertion dans le trafic de "cachalots" et de convois, Dans l’attente de la nouvelle programmation 2014/2020, toutes les demandes de subvention pour vos plantations 2016 concernant le dispositif, Programme Régional de la Forêt et du Bois, Campagne sucrière 2015 : allon roul’ ensemb, Aide à la plantation de canne à sucre - 2016, Culture d’exportation avec quota garanti, Pivot principal de la plupart des exploitations, Pression foncière liée à l’urbanisation, Topographie difficile et parcellaire modeste. Restaurant La Canne à Sucre 2 Snack, Asian cuisine, Creole cuisine, European cuisine, Indian cuisine, Fast Food, Various at Saint-pierre. le développement d’une expertise en recherche technologique (procédés, innovations, …) pour optimiser la chimie sucrière (amélioration du process) et faire émerger les valorisations futures de la canne en chimie verte (partenariat avec Qualitropic-Réunion et labos européens), préservation de l’environnement (peu consommatrice en d’intrants), approvisionnement de l’île en énergie renouvelable (bagasse). Cette prime est fixée à 13 € par tonne de canne et s’actualise chaque année par un coefficient « M » calculé en fonction du taux de fibre moyen de la canne, de la moyenne annuelle des prix du charbon et de la moyenne arithmétique annuelle des prix des quotas de CO2. Ainsi la nouvelle variété de canne mixte R 585 libérée en 2010 présente un taux de fibre de 17,5 % ce qui permet un gain de 20 % de la quantité d’électricité produite à partir d’une tonne de cette canne. La coupeuse péi sera, bien sûr, à l'ordre du jour Les intempéries du début de l'année 2018 ont fortement impacté le rendement de canne à sucre : 1,421 millions de tonnes de cannes ont été broyées dans les deux usines de l'île, soit 23 % de moins par rapport à la moyenne décennale (1,850 millions de tonnes) En quelques chiffres la filière canne-sucre à la Réunion c'est : - 12 000 emplois directs et indirects. Située dans l'océan Indien, l'île de La Réunion dispose d’une flore considérablement variée. La canne doit impérativement passer au moulin entre 12 et 36 heures après sa coupe. Notre île, notre sucre, une alchimie unique . 782 965. 04 Amélioration de la productivité de la canne à sucre; 05 Agriculteur éco-responsable : maîtrisez la gestion des produits phytosanitaires; 06 Diversification des revenus de l'exploitation agricole ; 07 Les clefs du financement agricole; 08 Agro-manager, le gestionnaire de demain; 09 Etablissement des normes phytosanitaires, un pari gagnant ! Elle contribue auj… OBJECTIFS Augmenter son revenu. Cannes à sucre : rendement à l’hectare Evolution des rendements en tonnes de cannes à l’hectare depuis 1978. Ce prix tient compte des coûts évités par rapport à l’utilisation d’énergies fossiles » ; Cette valorisation nouvelle de l’énergie issue de la biomasse canne est précisée par le décret n°2009-1342 du 29-10-2009 (relatif aux conditions d’achat de l’électricité produite à partir de la biomasse issue de la canne), l’arrêté du 2 novembre 2009 (fixant les caractéristiques techniques des installations de production d’électricité par biomasse issue de la canne), et l’arrêté du 20 novembre 2009 (fixant les conditions d’achat de l’électricité produite à partir de la biomasse issue de la canne). Cette culture a modelé les paysages, façonné l’identité réunionnaise. C’est à La Réunion qu’a été créée au début des années 80 la première centrale thermique fabriquant de l’électricité avec de la bagasse directement issue du processus sucrier. La Canne à Sucre 2 restaurant serves meals, salads, a variety of sandwiches and ice creams to eat in or take away. la réalisation de projets en automatisme et électronique industrielle, appuyés par la formation du personnel et l’expertise des problèmes de process, en vue d’améliorer la productivité technique des deux sucreries. Des marges de progrès existent encore. Cette nouvelle contribution de l’industrie sucrière réunionnaise à la production d’énergie permet la production annuelle de 10 000 MWh d’électricité à partir de 5 000 m3 d’éthanol carburant, ce qui limite les importations de combustibles sur le territoire. Redevenue française en 1815, l’île se lance dans l’industrie sucrière moderne. La spécificité des Régions Ultra-Périphériques (RUP) est reconnue et l’Union européenne propose un ensemble de mesures adaptées aux particularismes des régions d’Outre-Mer. En effet, plus de 1000 espèces de plantes se sont graduellement établies, au bon vouloir des courants marins, des cyclones et des migrations. Médiathèque. Jusqu’à maintenant le solde de mélasse disponible était soit utilisé à la production d’alcools de bouche de faible valorisation, soit exporté sur le marché mondial. La filière canne-sucre-rhum joue un rôle prépondérant dans l’activité économique de La Réunion. L’importation dans l’île de 140 000 tonnes de charbon est ainsi évitée, soit l’équivalent de 460 000 tonnes de CO2 d’origine fossile non émises. Les rendements énergétiques obtenus à La Réunion sont parmi les meilleurs au monde : une tonne de canne produit 150 KWh d’électricité, ce qui couvre la consommation électrique d’un habitant pendant 15 … La canne à sucre en fait partie. Ainsi, conformément à la convention tripartite Industriels - Planteurs - Etat qui encadre la gestion de cette aide, un acompte d’un montant de 10,85 M€ a été versé le 1 octobre sur le compte de 2118 planteurs ayant déposé dans les délais réglementaires une déclaration de surface recevable et ayant livré des cannes au centre de réception depuis le début de la campagne sucrière. Une filière paritaire. Tonnage actuel de la campagne. A la une. CIRAD CA CAS Pôle Canne à Sucre La production de canne à sucre dans les hauts de la Réunion Point des recherches agronomiques pour la période 1996-2000 Denis Pouzet Saint Denis, La Réunion, Mars 2001 Interligne & rendement Beaufond 500 m 120 150 180 Interligne (cm) Rendemenr moyen de../ récoltes de R570. ouverture vers d’autres valorisations de la plante : bioénergies, chimie verte. Provenant de Mélanésie, particulièrement riche en saccharose, il s’agit d’une grande graminée tropicale herbacée ayant un roseau de 2.5 m à 6 m de haut. Cette plante vivace tropicale, à la fibre juteuse et sucrée, comporte des tiges colorées, hautes et robustes ainsi que de longues feuilles vertes, claires et brillantes. la contribution, en partenariat avec le CIRAD et les organismes d’appui au développement, à l’élaboration de référentiels techniques, de méthodes culturales, d’itinéraires techniques innovants, ainsi qu’à leur diffusion dans le milieu agricole cannier. Pour ce qui concerne La Réunion, la compensation de la perte de revenus se traduit par une aide directe évoluant de 31,5 M€ en 2007 à 44,2 M€ à compter de 2010 jusqu’en 2015. - … Questions à la filière. La filière Canne-Sucre. Facebook Twitter. La voie chimique est privilégiée par les planteurs car elle nécessite moins de main-d’œuvre qu’un désherbage manuel. La sole cannière représente, en 2015, une surface totale estimée à 22 664ha pour environ 2 946 planteurs. Les deux cannes réunionnaises R 585 et R 586 sont aujourd’hui les deux variétés de canne cultivées les plus riches en fibre au monde. NOTRE SERVICE Compétences en approche globale et dans de nombreuses spécialités techniques (herbicides, … L’arrêté du 20 novembre expose les modalités d’actualisation de la prime annuelle variable, qui s’ajoute aux tarifs actuels du contrat initial d’achat d’électricité produite à partir de la biomasse issue de la canne à sucre. En 2017, la valeur de la production de canne à sucre s’élève à 146 Tonnage actuel à la sucrerie de Bois-Rouge. Dans ce cadre, les producteurs sucriers des DOM bénéficient notamment d’une compensation de la perte de revenus avec la mise en place d’un système d’aide directe aux planteurs lesquels bénéficieront d’une enveloppe allant de 41,9 M € en 2007 à 59,2 M € à compter de 2010, et un quota théorique de production estimé à 480 000 tonnes. Elle est également encore aujourd’hui associée à l’utilisation de nombreux pesticides. CANNE A SUCRE Renforer les exp loitations an nières techniquemen t fragiles TYPE DE PRESTATION : Individuelle PUBLIC CONCERNÉ Exploitations ciblées par la DAAF comme à fort potentiel de progression( rendement<=50t/ha). Sur l’île de la Réunion, la culture de la canne à sucre est pratiquée depuis des décennies. En outre, on peut toujours déplorer des pertes de surfaces agricoles à un fort potentiel agronomique, ce qui constituent encore des sources de fragilité structurelle de la filière canne. Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Après une campagne 2007 catastrophique tant en tonnage qu’en richesse par les effets combinés du cyclone "Gamède" (février 2007) et de l’éruption volcanique (avril 2007) et une campagne 2008 médiocre à 1,771 millions de tonnes de canne, la production cannière de La Réunion retrouve depuis 2009 un bon niveau de performance : 1,908 millions de tonnes de canne en 2009, 1, 877 en 2010 et 1,887 en 2011. Cela représente 33 % des énergies renouvelables produites localement, et de l’ordre de 10 % de la consommation totale d’électricité de l’île. Ainsi, le processus de recul des terres exploitées en canne, stabilisé depuis 1995, semble reprendre de l’ampleur depuis 2008 (perte de surfaces déclarées de 2 000 ha sur 20011-2015), traduisant les effets combinés des transferts au profit de la diversification (prairies), de l’urbanisation sans frein et du développement des investissements en infrastructures et aménagements. 743 117. De ce fait, la canne à sucre est la première production végétale de La Réunion consommatrice d’herbicides. A La Réunion,la surface cultivée en canne est de l’ordre de 26 000 hectares,pour un rendement commercial moyen de 75 t/ha. C’est également à La Réunion qu’a été mise en place en 1992 la première unité de cogénération, permettant à partir de la consommation de deux sources de matière première, la bagasse pendant la campagne sucrière et le charbon en inter-campagne, de produire deux sources d’énergie : la vapeur d’eau permettant l’autosuffisance de la sucrerie et l’électricité destinée à alimenter les usines et le réseau public réunionnais. La Réunion. La culture de la canne à sucre est une activité agricole traditionnelle de l'île de La Réunion, département d'outre-mer français dans l'océan Indien.En 2019, elle occupe 54 % de la surface agricole utile (SUA), soit 22 700 ha [1], [2], et fournit à l'agriculture locale et, plus généralement même, à l'économie réunionnaise, le premier produit d'exportation, le sucre de canne. La Route du Sucre. Nouvelle valorisation de la bagasse-énergie. En période de campagne sucrière, elle participe à hauteur de 25 % à la couverture énergétique de l’île, avec le concours de la bagasse comme source d’énergie renouvelable. Total de cannes à sucre broyées (en tonnes) 1 526 082. Une des principales contraintes de la canne à sucre reste la concurrence des mauvaises herbes qui peut sévèrement impacter le rendement. La filière canne-sucre-rhum joue un rôle prépondérant dans l’activité économique de La Réunion. Aujourd’hui pendant la campagne sucrière, la bagasse est utilisée pour produire de l’énergie sous forme de vapeur d’eau utilisée dans le process sucrier et d’électricité destinée à 80 % au réseau public réunionnais (le reste alimentant les sucreries). Cette richesse dépend de nombreux facteurs et notamment du sucre cristallisable, de la teneur en matière sèche du jus, de la quantité de fibre de la canne, de la pureté du jus et du rendement de l’usine. Suivant . Aimant la chaleur et l’humidité, la canne à sucre a tr… La valorisation énergétique du co-produit « bagasse » est effective avec la production des deux centrales thermiques (CTBR et CTG) qui la consomment pendant la campagne sucrière, tant pour alimenter les usines en vapeur et électricité que pour participer à la couverture des besoins en électricité de l’île (environ 10 %). Grâce au savoir-faire du centre de recherche eRcane, les industriels sucriers réunionnais ont créé au cours des dix dernières années un ensemble de nouvelles variétés de cannes à sucre plus riches en fibres. La filière « canne-sucre-rhum » possède des atouts majeurs au sein de l’économie en termes de complémentarité entre les productions agricoles, de contribution paysagère aux attentes du tourisme, de participation à la couverture des besoins énergétiques et de préservation de l’environnement (recyclage des effluents urbains, industriels et agricoles). Près de 3 400 exploitations consacrent tout ou partie de leurs activités à la culture de la canne à sucre. Son quota garanti de 338 327 tonnes de sucre assure à La Réunion une large marge potentielle de progrès au-delà du niveau actuel de production (± 210 kT). Les rendements (70 à 140T/ha) restent très hétérogènes sur l’île selon la zone et la campagne, en raison, notamment, de la forte diversité agronomique, climatique et technique des zones de production. désormais le principal facteur de pertes de rendement des cultures de canne à sucre Epaillage manuel d’une parcelle de canne située à 350 m d’altitude à Bois de Nèfles, Ouest de La Réunion. La canne à sucre est une culture pluriannuelle qui se récolte chaque année. Le rendement moyen varie entre 60 et 100 tonnes/hectares. Le rapport présente ensuite les mécanismes en usage à La Réunion … La filière canne réunionnaise s’appuie sur deux usines régulièrement modernisées depuis 1996 - BOIS-ROUGE au nord-est et le GOL au sud-ouest – d’une capacité unitaire d’un million de tonnes de cannes traitées. L’accord interprofessionnel du 21 décembre 2009 stipule la répartition de la recette bagasse-énergie (RbE) de la manière suivante : Les principaux intervenants de la filière sont : eRcane affirme et étend aussi sa renommée internationale, par l’appui-conseil technologique aux sucreries (en Afrique, Antilles et Maurice), par la création variétale partenariale (7 stations en Afrique de l’Ouest), par la fourniture de variétés aux autres pays producteurs de canne (zone Afrique, Océan indien, Antilles). La production, stabilisée depuis la campagne 1995 grâce, notamment, à la politique de mise en valeur de nouvelles terres, reste fortement dépendante des aléas du climat et de l’évolution des surfaces effectivement exploitées ; par ailleurs, elle très contrastée entre les zones au vent (est & nord) et sous le vent (ouest & sud). Une tonne de canne permet d’obtenir environ 115 kg de sucre. See photos (3) Back to the list. Sucre : rendement à l’hectare Evolution des moyennes quinquennales depuis 1978. L’aide nationale complémentaire programmée passe, quant à elle, de 34,7 M € en 2007 à 60,1 M € à compter de 2010. Culture de la canne à sucre à La Réunion . Sucre roux ou sucre blanc, savoureux et étonnants, les dérivés de la canne à sucre sont nombreux : rhums millésimés, sirops, cocktails… Ces produits issus du sucre trouvent leur place en cuisine, notamment en pâtisserie, sur les plus belles tables traditionnelles ou gastronomiques de La Réunion ou de France métropolitaine. Cette filière s’impose comme pilier du développement durable à La réunion, par ses caractéristiques de productions et par la pluralité de ses valorisations actuelles et potentielles : La campagne sucrière 2015 a démarré le 06 juillet et se poursuivra jusqu’au mois de décembre. La richesse moyenne globale en 2018 est de 13,24 %, là aussi en dessous de la moyenne décennale. Elle se multiplie par bouturage, c’est-à-dire en détachant un fragment de la plante mère pour le placer ensuite dans un milieu où il prendra racine. Selon les conditions de culture, le rendement varie de 50 à 120 tonnes/ha, sachant que dans les zones les plus favorables, le potentiel peut atteindre les 200 t/ha. La canne à sucre apprécie les sols riches en matière organique, et un pH neutre à légèrement acide ou alcalin (6,5 à 7,5),. Depuis l’origine, la vie économique et sociale s’est organisée autour de sa culture, et elle a traversé les siècles rassemblant chaque génération. En 2007, la canne Numéro 256 - février 2011 En 2007, la superficie de canne à sucre, dans les trois départements de La Ces nouvelles variétés améliorent le rendement à l’hectare et permettent à la fois de produire plus d’énergie et autant de sucre à l’hectare. Elle constitue notamment la principale source d’emplois de l’agriculture réunionnaise.